PETIT HISTORIQUE

Entre la création du grade d’aide-soignant au sein de l’hôpital public en 1949 et l’entrée de la profession dans le 21ème siècle, la fonction aide-soignante a constamment évolué.

La profession aide-soignante est née de l’impératif d’hygiène réclamée par l’institution hospitalière et de l’incapacité pour les patients à assumer leurs besoins élémentaires comme se laver, s’habiller et manger seuls.     lit

Attribuées autrefois à un personnel sans formation, aux «infirmières», lorsque ce terme désignait toute personne travaillant à l’hôpital, ces tâches ont été déléguées à ce personnel spécialisé, dans le cadre d’une division du travail qui s’est complexifiée au sein du système hospitalier.

La création de la catégorie d’aide-soignante est une conséquence du processus de professionnalisation des infirmières, en effet, elle est une invention de l’administration hospitalière. La création de cette nouvelle catégorie permet en effet de protéger la profession d’infirmière et son diplôme d’état créé en 1946.

Mais la loi soumettant l’autorisation d’exercer comme infirmière à la possession exclusive de ce D.E., présente le risque pour les hôpitaux, dans un contexte de pénurie, de se trouver privés du nombreux personnel infirmier formé sur le tas. Pour pallier ces effets, des mesures transitoires sont envisagées, comme la création d’une catégorie intermédiaire "la catégorie d’aide-soignante". Elle est d’abord conçue comme provisoire, visant au reclassement statutaire et indiciaire d’une partie du personnel. Mais, se révélant peu à peu un moyen commode d’assurer la promotion du petit personnel hospitalier que réclament les syndicats, la catégorie d’aide-soignante est alors retenue.                                 images

Pour formaliser cette décision, en 1956 est alors créé le CAFAS (Certificat d’Aptitude à la Fonction aide-soignante). Il correspond à une formation de 10 mois dont 40 heures de théorie.

En 1960, le CAFAS est obligatoire pour pouvoir exercer la profession d’Aide-soignante. Parallèlement, l’Education Nationale instaure un BEP Sanitaire et Social afin d’améliorer le recrutement des aides-soignants.

 

Au mois de juillet 1971, le déroulement de la formation est redéfini, il s’effectue dorénavant sur 12 mois, dont 120 heures de théorie et 100 heures de pratique.

Il est précisé dans les textes que l’aide-soignant exécute des soins sous l’autorité et la responsabilité de l’infirmière.

En 1978, l’aide-soignant est autorisé à exercer en psychiatrie.

 

En 1981, il peut exercer en secteur extra-hospitalier et au maintien à domicile des personnes âgées.

Il est à noter que la fonction aide-soignante apparaît dans les textes légiférant la profession d’infirmière.

Au mois de février 1982, apparaît une nouvelle modification de la formation. Elle est basée sur le modèle de l’alternance, soit 12 mois, dont 350 heures de théorie et 24 semaines de stage.

Il est précisé que l’aide-soignant assure par délégation de l’infirmière, sous sa responsabilité et sous son contrôle, l’humanisation des conditions de vie de la personne soignée ou de la personne âgée.        filo

Au mois de juillet 1994, le recrutement des élèves et le programme des études sont modifiés. Douze mois dont 630 heures de théorie et 27 semaines de stage sont nécessaires. Ce programme comporte un tronc commun avec les auxiliaires de puériculture pendant les 6 premiers mois de formation.

Il est précisé que l’aide-soignant se situe au sein d’une équipe, qu’il contribue à la prise en charge des personnes et qu’il participe aux soins dans le cadre du rôle propre de l’infirmière, en collaboration avec elle et sous sa responsabilité.       arton56

Au mois de janvier 1996, paraît une circulaire relative aux rôles et missions de l’aide-soignant, c’est le premier texte officiel sur la fonction.

 

Le 12 août de la même année, un décret abolit le CAFAS pour le DPAS (Diplôme Professionnel des Aides-Soignants).

DEVENIR AIDE SOIGNANTE                            accueil_04

Pour devenir aide-soignant, il existe une sélection d’entrée en formation qui est organisée par une école agréée par le Ministère de la santé.

Les épreuves de sélection s’effectuent donc par :

- Une épreuve écrite et anonyme d'admissibilité, d'une durée de deux heures, notée sur 20, portant sur le programme de biologie humaine, nutrition et alimentation du Brevet d'Etudes Professionnelles Carrières Sanitaires et Sociales, permettant d'apprécier les connaissances du candidat, sa faculté de compréhension et de réflexion et sa capacité à s'exprimer par écrit.

- Une épreuve orale d'admission, notée sur 20, consistant en un entretien de quinze minutes avec le jury, précédé de dix minutes de préparation, à partir d'un thème relevant du domaine sanitaire et social.              serpentbleu

A ce sujet, voici le témoignage d'une directrice d'un Institut de Formation en Soins Infirmiers de la région parisienne :

"Je sélectionne les futurs élèves lors de l'entretien, mais ce n’est pas en 20 minutes que je peux vraiment cerner une personnalité. Je fais des erreurs parfois car je peux laisser passer des candidats qui pourraient faire de bons aides-soignants et vice versa.       arbreportes

Les aides-soignants ont d’abord une question écrite dans le domaine sanitaire et social à préparer. Puis à l’oral, je teste leur curiosité par rapport à ce domaine et par rapport au monde dans lequel ils vivent. Je teste également leur bon sens, leur possibilité de s’exprimer de façon relativement structurée sans que cela "parte dans tous les sens ". A l’oral, j’attends que le candidat prenne position mais aussi qu’il ait une ouverture pour entendre d’autres points de vue. J’essaie de cerner la vision du candidat au sujet de sa future profession et de la formation qu’il va vivre.

A un niveau plus subjectif, je mesure ce qui est du domaine de la disponibilité car c’est une profession avec des horaires difficiles, sans compter le travail du week-end et les jours fériés. Je m’attache, en tout cas, à faire passer l’information pendant la sélection. Je ne veux pas entendre ensuite parler des difficultés du stage à 7h00 du matin à cause des enfants. Je fais attention aussi à la disponibilité du candidat pour le travail en équipe. J’essaie de détecter les personnalités trop individualistes ou trop fermées pour qu’il n’y ait pas de conflits dans l’équipe. En résumé, je recherche les qualités de disponibilité, d’ouverture d’esprit, de goût pour le travail avec les autres, pour la communication et la relation humaine. J’apprécie également d’autres qualités inhérentes à la profession comme le goût de l’ordre, de la méthode et de l’hygiène. " 

VOILA  : Ma profession depuis 1986.

                                                 fleurs_d_auteuil_bouquets_29_07_05